Recherche avancée

Protection sociale : risques psychosociaux dans les établissements hospitaliers : 20 000 agents hospitaliers ont répondu à une enquête menée par l’ANFH

 Personnels non médicaux - Statuts particuliers et rémunération
Publié le 12 juin 2014 - Mis à jour le 26 janvier 2018
Veille juridique

Afin de déterminer les causes d’un « état psychologique ressenti au travail », l’ANFH (l’Association Nationale pour la Formation permanente du personnel Hospitalier), en partenariat avec le Fonds National de Prévention de la Caisse Nationale de Retraites des Agents des Collectivités Locales (CNRACL) et les Agences Régionales de Santé (ARS) des deux régions, a réalisé en 2013 une étude auprès de 40 établissements des régions PACA et Languedoc Roussillon.

Cette enquête, intégrée dans un projet global réunissant formation et prestations d’accompagnement, a permis d’évaluer plus précisément l’ampleur du phénomène et ses causes pour la mise en œuvre d’une politique de prévention des risques psychosociaux dans les hôpitaux.

Les résultats démontrent que les salariés du secteur hospitalier sont exposés aux risques psychosociaux puisque 29,6 % des répondants expriment un niveau de tension ayant un impact sur leur travail et une réelle inquiétude par rapport à l’avenir.

L’étude révèle également, pour 6% des répondants qu’une vigilance toute particulière serait nécessaire. Au niveau interrégional, 32 % des répondants apparaissent « sereins », en lien notamment avec un engagement dans leurs métiers et un exercice du travail qui donne satisfaction. 32% se disent aussi satisfaits notamment par le travail en équipe, le management et l’image de l’hôpital même s’ils souhaiteraient être davantage impliqués dans la prise de décision et les projets d’évolution concernant l’établissement.

Au final, trois grands thèmes ont été identifiés, comme autant de "leviers d’action susceptibles de permettre de prévenir et réduire les risques psychosociaux dans les hôpitaux" : l’importance d’entretenir le "sens du métier" au sein des établissements, la nécessité de poursuivre le développement d’une culture managériale (relation agents-encadrement en particulier) et la nécessité d’associer davantage les agents dans les projets de changement.

Source

  • Rechercher dans cet article