Recherche avancée

« L’entretien professionnel, davantage en phase avec l’hôpital d’aujourd’hui »

Personnels non médicaux - Carrière
Publié le 7 juillet 2020 - Mis à jour le 10 juillet 2020
Interview
« L’entretien professionnel, davantage en phase avec l’hôpital d’aujourd’hui »

Au revoir la notation, bienvenue à l’entretien professionnel ! À partir du 1er janvier 2021, la notation est supprimée dans la fonction publique hospitalière au profit de l’entretien professionnel annuel instauré par la loi no 2019-828 du 6 août 2019 de transformation de la fonction publique. Une évolution expliquée par Julien Rossignol, directeur du centre hospitalier d’Arcachon.

Pourquoi une suppression de la notation annuelle au profit d’un entretien professionnel en 2021 ?

Cette évolution était très attendue ! La notation dans la fonction publique hospitalière a été instituée par un arrêté du 6 mai 1959. C’est un système très ancien qui n’était plus adapté à l’hôpital d’aujourd’hui. La notation véhiculait un a priori négatif dans le sens où elle rappelait le système scolaire et marquait un peu trop l’aspect « pyramidal » de nos structures. Par exemple, parmi les critères donnés dans l’arrêté du 6 mai 1959, on trouve la ponctualité et la tenue générale qui ne constituent pas des critères d’évaluation pertinents aujourd’hui.

De plus, chaque hôpital a son propre système de notation, ce qui pose un certain nombre de questions lorsque les agents mutent. Pour pallier cela, les hôpitaux ont mis en place un système de péréquation des notes entre les différents centres hospitaliers, créant davantage de travail administratif.

Quels sont les points forts de l’entretien professionnel ?

Le décret no 2020-719 du 12 juin 2020 relatif aux conditions générales de l'appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires de la fonction publique hospitalière donne des critères d’évaluation beaucoup plus cohérents (voir « Les conditions générales de l'appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires hospitaliers », juin 2020). Les quatre grands critères d’évaluation sont davantage orientés vers la reconnaissance du travail de l’agent et la projection dans l’avenir avec, par exemple, « la capacité à encadrer et à exercer de nouvelles fonctions ». Bien entendu, nous n’avons pas attendu ces textes pour faire évoluer l’entretien annuel, mais nous nous réjouissons que le décret du 12 juin établisse des critères beaucoup plus cohérents et en phase avec l’hôpital d’aujourd’hui. En outre, ce nouvel entretien professionnel annuel permettra à l’ensemble des hôpitaux d’évaluer leurs agents sur des critères communs. Enfin, l’article 4 du décret prévoit que l’entretien professionnel devra aborder les besoins de formation de l’agent évalué. Ce qui, selon moi, doit être le cœur de l’entretien professionnel.

Quel sera, selon vous, l’impact de cette évolution ?

L’ancien système de notation avait deux impacts majeurs sur le fonctionnaire évalué. La note définissait le montant de sa prime de service et avait aussi un impact sur sa carrière, pour les avancements de grade par exemple. Or, en l’absence de note, nous ne savons pas à ce jour si d’autres textes viendront nous guider sur ces sujets.

Par ailleurs, si nous pouvons nous réjouir de la disparition de la notation, le législateur ne va pas assez loin selon moi. Je pense qu’il faudrait généraliser l’entretien professionnel à l’ensemble des contractuels des hôpitaux, même si dans la pratique, ces derniers bénéficient généralement d’une évaluation au même titre que les fonctionnaires.

Je pense aussi que la mise en place d’un entretien annuel avec les médecins serait une avancée. Nous gagnerions énormément à échanger avec les médecins sur la qualité de vie au travail, leur évolution professionnelle ou leurs besoins de formation. Cette expérimentation, menée à Bayonne lorsque j’étais chargé des affaires médicales, avait donné des résultats très satisfaisants.

Enfin, en matière de management, la mise en place d’un entretien professionnel n’est pas une révolution, mais plutôt une évolution puisque nous avions déjà adapté l’évaluation annuelle au monde hospitalier d’aujourd’hui. Le plus important, selon moi, ce ne sont pas tant les critères d’évaluation que le contenu de l’entretien individuel et la manière dont il est conduit.

  • Rechercher dans cet article
Du même auteur